Accueil Recherche Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design du site : Incagen2
Incaformations & RankSpirit

Volume

Variations de volume

Le volume d'un son se mesure en décibels. La montée ou la descente progressive du volume d'un son est appelée "fading" (fade-in = montée, fad-out = descente).

Le fait de forcer un volume à zéro est traduit en anglais pas "Mute" (rendre muet).

Le terme de "dynamique" est utilisé pour définir la différence de volume maximale existant entre les sons les plus faibles et les sons les plus forts. Si vous utilisez un seul micro pour enregistrer une chorale, vous obtiendrez une dynamique trés importante : les chanteurs situés dans le fond seront enregistrés avec un volume trés faible et vous ne les entendrez probablement pas sur une chaine hi-fi de mauvaise qualité. Si votre enregistrement comporte un peu de souffle (bruits parasites) ou si vous l'écoutez dans un pièce où il y a des bruits de fond (bruits de la rue, du frigo, etc.) les sons les plus faible seront noyés dans le bruit ambient et deviendront inaudibles. Une dynamique trop importante vous oblige donc à écouter votre morceau dans des conditions parfaites. Si vous placez plusieurs micro pour enregistrer votre chorale, vous allez baisser la dynamique de votre enregistrement. Un micro placé dans le fond permettra d'enregistrer les chanteurs du fond avec un volume supérieur et votre morceau aura un meilleur rendu dans des conditions d'écoute imparfaites.

Cet exemple illustre l'intérêt des filtres de compression qui vont diminuer la dynamique d'un enregistrement. La compression d'un signal consiste à réajuster en permanence et en temps réel le volume de ce signal pour amplifier les sons faible et atténuer les sons forts. Ce traitement a toutefois des limites : si vous poussez trop la compression, le souffle de l'enregistrement qui est normalement faible va se trouver trés amplifié et risque de nuire au confort de l'écoute. Même si votre enregistrement était parfait, sa compression va lui donner un aspect un peu artificiel et on peut considérer que, d'une certaine façon, il a perdu de sa qualité. On évitera donc de trop compresser un morceau traditionnel (musique classique, par exemple) alors qu'on peut l'utiliser sans vergogne sur de la "Dance" ou de la "Techno". Il existe des filtres de "décompression" (expander ou expanseur) qui font le travail inverse d'un filtre de compression.

Le travail sur le volume peut également avoir pour objectif de modifier le rendu général d'un son ou d'un morceau pour changer son aspect sonore. On peut vouloir, par exemple, appliquer une courbe de volume qui évoluera pendant toute la durée du son. On parle dans ce cas "d'enveloppe".

De nombreux synthétiseurs proposent 4 paramètres pour régler l'évolution du volume du son généré lorsque l'on appuie sur une note (l'enveloppe). Ces paramètres sont nommés ADSR (Attack, Decay, Sustain, Release) :

Le fait d'avoir limité le nombre de paramètres à 4 est arbitraire mais s'avère finalement suffisant dans la majorité des cas.

Comme on peut le constater sur ce graphique, ces quatre valeurs permettent de définir la façon dont le volume du son va évoluer à travers le temps.

L'exemple fourni ici correspond à l'enveloppe d'un son d'instrument à corde. Lorsque le guitariste vient de lâcher brutalement la corde, ou lorsque le marteau du piano vient de la frapper, la volume monte brutalement avant de redescendre aussitôt. La corde se met ensuite à vibrer et le son décroît lentement pour finir par s'eteindre. Sur ce graphique, le son est représenté par une sinusoïde simple. Le son produit par un vrai instrument ne ressemble évidemment pas à ça : pendant la phase "Attack", le choc du marteau sur la corde fabrique un signal irrégulier, trés riche en harmoniques aigües, qu'une synthèse simple ne peut reproduire. Cet exemple montre les limites du système ADSR qui peut permettre d'imiter la variation du volume d'un son réel mais qui ne suffit pas à le reproduire fidèlement.

Plus l'attaque est brêve, plus le son sera percutant, agressif.

Le système ADSR était surtout utilisé dans les premiers synthétiseurs électroniques. Les synthétiseurs actuels proposent plutôt des courbes d'enveloppe que l'utilisateur peut affiner en ajoutant autant de points qu'il le souhaite.

On peut aussi faire varier le volume d'un signal d'une façon cyclique : cette variation est alors pilotée par un oscillateur de basse fréquence (entre 0,5 et 10 cycles par seconde, par exemple).

Si cette variation de volume est progressive, cet effet s'appelle "trémolo". Si elle est brutale, l'effet s'appelle "chopper" ou "gapper" . Le signal principal est appelé "porteuse". Le signal qui fait varier son volume est appelé "signal modulant".

Si l'on amplifie trop un signal, on finit par "saturer" les capacités du système d'enregistrement, de traitement ou de reproduction du signal (le volume maximum d'un haut-parleur est forcément limité). Le son est alors déformé. Le détail de ce phénomène est présenté ICI.

La question du volume peut également être abordée sous l'angle d'un composition complète. Si, lors d'une interprétation, vous frappez une touche de votre piano plus fort que les autres, le volume de cette note sera supérieur à celui des autres notes. Le terme "accent" est utilisé pour qualifier une note jouée plus fort que les autres dans un morceau.

Lorsque l'accent se répète régulièrement, tous les 2 et 4 temps, tout au long d'un morceau, on parle de "backbeat".

On peut aussi jouer sur le volume pour réduire le bruit (souffle) apparent d'un enregistrement. Ce type d'effet est appelé "noise gate" ou "denoiser". Il consiste à couper totalement le volume lorsque le signal d'entrée est faible. Cela signifie que le bruit restera présent dans les parties du son qui son fortes. Fort heureusement, ce bruit ne sera pas "entendu" par l'oreille humaine qui a toujours tendance à polariser son attention sur les composantes les plus remarquables d'un son. L'oreille perçoit par contre trés bien un souffle lorsqu'il n'y a rien d'autre à écouter. En coupant le son lorsqu'il est faible, le "noise gate" masque donc le souffle aux moments où il est le plus facile à distinguer.

Vocabulaire relatif à cette catégorie : volume, amplitude, intensité, accent, ADSR, enveloppe, compresseurs, décompresseurs, dynamique, chopper, gapper, trémolo, saturation, noise gate, denoiser.